Comment choisir un endroit où camper ?

Le choix d’un camping adapté fait partie intégrante de votre routine quotidienne dans l’arrière-pays. Savoir ce qu’il faut rechercher, et tout aussi important ce qu’il faut éviter, peut faire la différence entre un sommeil profond et une nuit agitée à se retourner et se retourner.

Sites établis

Si vous campez sur des sites établis, tenez-vous-en à la zone désignée afin de ne pas étendre la surface déjà touchée. Ne laissez pas de déchets : améliorez votre karma en ramassant quelques déchets des autres. Faites-en une habitude. Si d’autres randonneurs vous voient le faire, il se peut que cela devienne populaire.

Camping furtif

Si vous campez loin des sites établis, souvent appelés camping sauvage ou furtif, la responsabilité du randonneur de ne pratiquer aucune trace est encore plus grande. Évitez de faire des incendies (sauf en cas d’urgence), de déraciner des plantes et de casser des branches afin de faire de la place pour votre abri. Lorsqu’il est temps de partir si votre abri a laissé des traces, assurez-vous de l’enlever avant de partir.

Où camper ?

Les facteurs à rechercher dans un bon camping comprennent :

  • Bien drainé : Pas une sensation agréable de se réveiller dans une flaque d’eau à 2 heures du matin.
  • À l’abri : Camper sous de grands arbres signifie moins de rosée et plus de chaleur. Assurez-vous simplement qu’il n’y a pas de branches mortes suspendues au-dessus de votre tête.
  • « Relativement » Plat et stable : Certains préfèrent camper sur une légère pente : dormir avec les pieds au-dessus du sac et la tête pointée vers le bas aide à réduire tout gonflement qui aurait pu s’accumuler dans les membres inférieurs après une longue journée sur le sentier.
  • Venteux : Si vous campez pendant la saison des insectes, en particulier si vous utilisez un bivouac ou une bâche, recherchez un endroit au moins un peu exposé au vent.

Lieux à éviter

  • Les dépressions et les ravins seront probablement saturés d’eau ou inondés lors de fortes pluies.
  • Gorges : Si vous campez dans une gorge, portez une attention particulière à tout changement des conditions météorologiques. Essayez toujours de camper au-dessus des niveaux de débris des inondations (c’est-à-dire le point le plus élevé atteint pendant les inondations). Les crues éclair se déplacent incroyablement rapidement. S’il y a un risque de fortes pluies, il est préférable de continuer à marcher et de camper ailleurs.
  • Crêtes exposées : Évitez de camper sur des crêtes ou des sommets exposés, en particulier dans les zones soumises à de fréquentes tempêtes. Si les conditions sont mauvaises, il vaut généralement mieux descendre et chercher refuge dans la brousse ou sous le vent des rochers.
  • Arbres isolés : évitez de camper sous des arbres isolés qui peuvent attirer la foudre.
  • Végétation fragile : recherchez toujours les endroits où votre impact peut être minimisé.
  • À côté des sources d’eau : le camping à côté des sources d’eau peut souvent signifier plus d’insectes, de condensation et la possibilité de visiteurs nocturnes indésirables (voir Ours dans Santé et sécurité). Cela étant dit, il y a certainement des moments où il est presque impossible de résister à un magnifique lac ou un camping au bord de la rivière. Mon conseil – pesez le pour et le contre et prenez chaque situation selon ses propres mérites.
  • Planchers de la vallée : Une autre façon de minimiser la condensation est d’éviter de camper sur les planchers de la vallée, où l’air catabatique restera un matin.
Les raisons pour lesquelles choisir des vacances en camping dans le sud de la France
Conseils pour bien choisir un camping en bord de mer